DiaporamaFR-interieur
 
investissezMin premieresicar prenez realisez
Choix des langues
 

LANGUE / LANGUAGE english  french

Compte
Section privée    

FAQ - Questions fréquemment posées

  1. Que proposons-nous ?
  2. Pourquoi le Luxembourg et l'agrément AIFM ?
  3. Comment se déroulera mon investissement ?
  4. Pourquoi le bois ? Pourquoi l'Eucalyptus ?
  5. Pourquoi le Brésil ? Pourquoi le Paraná ?
  6. Comment choisissez-vous les terres ?
  7. Est-ce que la monoculture n'est pas un danger pour la biodiversité ?
  8. Quels sont les risques liés à l'investissement ?

Que proposons-nous ?

SLB Brazil Econology Fund S.A. SICAR (« SLB BEF » ou le « Fonds ») est un fonds fermé d'une durée de douze ans qui exposera les investisseurs avertis à de vrais actifs fonciers et forestiers à haut rendement (l'eucalyptus) dans le sud du Brésil, dans l'Etat du Paraná. Le bois est un actif tangible direct très performant et le Brésil est le meilleur emplacement pour l'eucalyptus.
Le capital initialement investi pourrait être triplé en 13 ans.

Notre programme d'afforestation au Brésil via la plantation d'arbres à croissance rapide (Eucalyptus) offre un investissement socialement responsable grâce à la création de valeurs (sociales, économiques et environnementales). Nous nous inscrivons dans une démarche pleinement éconologique, alliant intérêts économiques et principes écologiques. La forêt primaire est conservée et reconstituée. Le sponsor du Fonds est en cours de certification FSC afin de mettre en avant son dévouement et son engagement pour la nature. Le Groupe SLB détient également sa marque de certification "Econologic Program", validant un système de compensation volontaire de carbone aux investisseurs. Econologic Program et sa méthodologie de calcul de la captation de carbone ont été certifiés par la compagnie privée Bureau Veritas en 2013. 

 

Pourquoi le Luxembourg et l'agrément AIFM ?

Le Fonds SLB BEF a obtenu l'agrément AIFM par la CSSF au Luxembourg le 6 août 2014. Cet agrément permet d'apporter à nos investisseur une protection accrue par un renforcement de la transparence de la gestion du fonds et de la maîtrise des risques. Il permet également au Fonds SLB BEF, sur la base du passeport européen que ce statut apporte, de commercialiser ses actions auprès d'investisseurs professionnels établis dans les Etats Membres de l'Union Européenne pour lesquels une notification spéciale aura été transmise par la CSSF. 

A ce jour, des notifications en vue de commercialisation sous le régime AIFM ont été adressées aux régulateurs respectifs des Etats Membres suivants : Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Irlande, Italie, Pays-Bas, Portugal, Roumanie, Royaume-Uni. 

Nous pouvons vous permettre d'investir à nos côtés, faisant de vous aussi des créateurs de forêts et de valeur au Brésil en totale transparence. 

Nous nous devions de vous proposer un actif tangible, réel et "émotionnel", la forêt, en parfaite adéquation avec vos besoins de plus en plus prégnants de diversification patrimoniale dans le cadre d'une gestion équilibrée de vos avoirs. 

 

Comment se déroulera mon investissement ?

Année 0 et 1 : Identification et acquisition des terres / Préparation du terrain et plantation
Nous achetons auprès d'interlocuteurs locaux des terres mises en vente par des agriculteurs. Nous évaluons les caractéristiques agronomiques de la terre et si les résultats sont satisfaisants concernant le rendement potentiel, nous procédons aux vérifications légales nécessaires et à la négociation.
Une fois les autorisations environnementales obtenues de la part des autorités locales, nous lançons notre plan de développement, nettoyons et nivelons les terres. Nous appliquons des engrais et plantons en appliquant un gel pour favoriser la croissance de nos arbres.


Années 1 à 12 : Croissance, entretien, élagage et éclaircie en année 4 et 8
Nous réalisons un entretien constant sur le terrain : désherbage, contrôle de santé, travaux de prévention contre l'infestation. Nous élaguons nos arbres entre 26 et 30 mois afin d'obtenir un bois d'excellente qualité au terme du programme.
Des éclaircies sont réalisées en année 4 et 8 afin d'éliminer les plus petits arbres dominés par ceux étant en meilleure santé. En procédant ainsi, nous permettons aux meilleurs sujets de pleinement croître. Le bois issu de la première éclaircie en année 4 est vendu auprès des usines de papier et brûleurs de biomasse. Celui de la deuxième éclaircie en année 8 est principalement vendu  auprès des fabricants de meubles et producteurs de panneaux en bois.


Année 12 : Coupe finale et vente des terres
En année 12, les derniers arbres conservés, désormais matures et de haute qualité, sont abattus.  Les arbres feront en moyenne 40 mètres de haut et 40 cm à 60 cm de diamètre. La très grande majorité d'entre eux sera vendue auprès des scieries pour du bois de construction et/ou meubles.
Concernant les terres, nous pouvons les vendre aux éventuels acheteurs suivants : petits et moyens exploitants de bois, producteurs de bois à plus petite échelle, agriculteurs, etc.

 

Pourquoi le bois ? Pourquoi l'Eucalyptus ?

La demande de bois ne cesse de croître à travers le monde, notamment avec le fort développement de pays asiatiques extrêmement consommateurs. La demande est donc croissante ... mais l'offre limitée ! Les nouveaux modes de consommation, l'explosion des ventes par internet et la forte augmentation des envois de colis à travers le monde font considérablement croître nos besoins en bois. Nous devons donc faire face à un nouveau défi ; satisfaire ce besoin sans pour autant réduire à néant le capital boisé naturel et ancien de notre planète bleue.
Investir dans le bois grâce à notre Fonds qui adopte une exploitation forestière soucieuse sur le plan social et environnemental (préservation de forêts naturelles) permet de réaliser un investissement socialement responsable.  Chaque ferme plantée sera certifiée FSC (Forest Stewardship Council). Les exploitations sont gérées d'une manière éthique afin de limiter leur impact sur l'environnement naturel local et les communautés locales, tout en respectant les directives du FSC et les pratiques d'exploitation forestière durables.  Les actifs forestiers contribuent à la collecte de carbone et permettent de compenser volontairement les émissions de carbone des investisseurs.
En outre, le bois est un actif réel qui génère un rendement important loin de l'agitation des marchés financiers. Nous avons choisi l'eucalyptus car c'est un arbre à croissance très rapide (maturité à 12 ans) et dont les caractéristiques techniques permettent de très nombreux débouchés (cf Comment se déroule mon investissement) .

 

Pourquoi le Brésil ? Pourquoi le Paraná ?

Nous pensons que, de nos jours, le Paraná, au Brésil, est l'un des lieux les plus  attractifs du monde pour les investissements forestiers.
La productivité par hectare au Brésil est beaucoup plus importante que dans tous les autres pays (41m3/Ha/an). Le Fonds plantera les espèces d'eucalyptus au rendement le plus élevé pour un meilleur retour sur investissement.
Le Brésil est un pays aux multiples atouts qui jouit d'une productivité agricole supérieure grâce à la convergence de plusieurs facteurs ; sols de haute qualité, conditions climatiques favorables avec des précipitations adéquates, main d'œuvre hautement qualifiée et formée, haut niveau d'aide de l'Etat dans les nouvelles technologies agronomiques (notamment Embrapa, le meilleur centre de recherche forestier et agricole tropical au monde) et, surtout, un vaste marché de consommation domestique croissant.
La plupart des observateurs pensent que l'industrie de l'eucalyptus au Brésil va continuer de s'accroître à un rythme soutenu étant donné ses taux de productivité supérieurs en terme de m³/Ha/an, sa chaine d'approvisionnement bien organisée et la présence d'importants acteurs industriels, ainsi que la logistique constante et les améliorations de l'infrastructure portuaire.
L'Etat du Paraná est l'un des principaux producteurs de bois de pins et d'eucalyptus au Brésil et est réputé pour son industrie mature de pulpe et papier avec des usines industrielles, Klabin (d'une capacité de plus de 4 millions de tonnes par an), Iguaçu Cellulose et Suzano, entre autres. Il y a 600 scieries dans l'Etat, une douzaine d'usines à pulpe et à papier, et des unités de transformation de biomasse avancée

 

Comment choisissez-vous les terres ?

Afin d'avoir le choix le plus large possible de terres et de saisir les meilleures opportunités possibles, nous travaillons avec des interlocuteurs locaux pour la recherche des terrains. Cette stratégie nous permet d'avoir un vivier constant de plusieurs hectares. Notre ingénieur agronome Henrique G. Murakami se rend sur le terrain afin de réaliser un premier rapport d'inspection (surface, localisation, état des installations présentes, type et profondeur du sol, etc.). Nous évaluons ainsi le potentiel du terrain pour la croissance de nos eucalyptus, mais aussi les éventuelles problématiques logistiques d'accès au terrain pour la plantation dans un premier temps, l'entretien dans un second mais aussi et surtout l'exploitation en année 4, 8 et 12.
Si ces données sont concluantes, une due diligence juridique est réalisée par nos avocats brésiliens. Une fois cette étape réalisée, nous signons un compromis en vue de l'achat du terrain.

 

Est-ce que la monoculture n'est pas un danger pour la biodiversité ?

Bien au contraire ! La monoculture d'eucalyptus est une formidable opportunité d'enrichir à nouveau un sol appauvri par une culture intensive. Tout d'abord, il ne faut pas oublier que nous consacrons systématiquement au minimum 30% de la surface acquise à la préservation de la forêt naturelle.
Contrairement aux idées reçues, l'eucalyptus se nourrit très peu. Les bois « morts » issus de l'élagage fournissent un engrais naturel aux autres arbres. Il est de même pour le petit bois que nous laissons après l'exploitation forestière (éclaircie) en année 4 et 8.
Au terme des 12 ans, une fois la coupe finale réalisée, nous pouvons même envisager de renouveler notre cycle en plantant de nouveaux arbres sur le même terrain. Les racines des précédents arbres apporteront l'engrais nécessaire au développement des nouveaux.

 

Quels sont les risques liés à l'investissement ?

Les principaux facteurs de risques liés à l'investissement sont énoncés dans le prospectus et résumés ci-dessous : 

Taux de change : Tout d'abord, rappelons que ce risque est présent essentiellement à la « sortie » du projet. Pendant la croissance des arbres, nous ne sommes pas exposés au taux de change car les opérations sont réalisées au sein du Brésil. En effet, bien que le Fonds soit libellé en EUR, la majorité des actifs du Fonds seront libellés en BRL. Il est possible que les transactions en numéraire pour l'achat de terres et le fonds de roulement soient en BRL, EUR ou USD, mais il est clair qu'une fois déployé dans les actifs forestiers et fonciers au Brésil, le BRL sera la principale devise.
Les revenus provenant des ventes de bois, ainsi que la majorité des apports pour l'agriculture, comme les graines, le gazole et l'engrais sont étroitement liés aux prix internationaux, exprimés en USD, majorés ou réduits d'une prime localement engagée. Ces éléments sont ensuite convertis en BRL. Toutefois, le travail et plusieurs services de soutien, tels que le transport, la communication, l'électricité sont des coûts en devises locales.  
La variation du taux de change influe sur les investissements de deux manières : une positive, l'autre négative. Du côté positif, l'euro peut aujourd'hui acheter plus de terres exprimées en BRL qu'il ne le pouvait il y a deux ans. Du côté négatif, la dévaluation du BRL a un impact négatif sur les futures sources de revenus en BRL. Afin de supprimer ce risque, nous pouvons éventuellement couvrir notre taux de change. Nous ne pouvons le faire dès le début du programme car l'opération de couverture s'avèrerait préventivement chère et la future extension des sources de revenus à l'année 12 doit être ajustée en année 9 et/ou 10. La couverture de ce risque s'envisagera deux à trois ans avant la fin du programme car c'est uniquement à la fin du cycle de plantation que les recettes accumulées exprimées en BRL seront reconverties en EUR et en USD. 

Prix du domaine forestier et agricole : les prix des domaines forestiers et agricoles sont affectés par des conditions naturelles, juridiques, environnementales et macroéconomiques. Les prix peuvent également être affectés par des facteurs naturels, notamment des changements climatiques, ainsi que par la qualité des sols et la disponibilité de l'eau sur l'exploitation. Les risques économiques concernent les fluctuations des taux d'intérêt, d'inflation, et du cours des matières premières ainsi que la disponibilité des infrastructures et de la logistique. 

Prix du bois : les prix du bois peuvent être affectés par les changements de prix des intrants de production nécessaires à la création et à l'entretien des forêts, comme les engrais, les herbicides, le coût de la main-d'oeuvre et du matériel, ainsi que le prix des produits agricoles générés à partir de ces forêts. La plantation d'eucalyptus exige des apports intensifs et la préparation des sols la première année, suivis d'un entretien minutieux pendant une longue période. Toutefois, aucun ou très peu d'engrais progressif ou de traitement de l'acidité des sols sont nécessaires après l'année 1. 

Productivité du bois : les changements climatiques, les catastrophes naturelles, les fléaux et autres facteurs naturels peuvent affecter la productivité du bois. L'erreur humaine lors de la préservation des sols et techniques de production forestière peuvent également affecter la productivité. 

Risques juridiques et de réputation : la bonne gestion de l'impact social et environnemental de nos activités est primordiale, notamment les conditions de travail sur les propriétés, la dégradation des ressources naturelles pouvant être causée par un exploitation quotidienne, la préservation de la biodiversité, le développement durable des techniques agricoles et tous les effets que les exploitations pourraient avoir sur les communautés. 

Possession étrangère des terres brésiliennes : à un moment donné, le gouvernement brésilien peut décider de limiter la possession étrangère de terres agricoles au Brésil. Les restrictions actuelles de possession de terres s'appliquent aux achats de terres supérieures à 5 000 hectares sur un seul terrain ou 10 % de la surface d'une municipalité donnée. 

Nous attirons votre attention sur le fait que d'autres risques, considérés comme moins significatifs ou non encore actuellement identifiés pourraient également avoir un effet négatif et les investisseurs pourraient perdre tout ou partie de leur investissement. 

 

 

Vous ne trouvez pas votre réponse ?
 

N'hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de vos interrogations. Notre équipe est à votre disposition pour vous fournir toutes les informations que vous jugerez nécessaires. Accéder au formulaire de contact.